creativite-5trucs
Créativité

Créativité: cinq astuces pour faire émerger les idées

Quand le mot « créativité » surgit, deux réactions sont prévisibles. Soit l’expression est surutilisée (et galvaudée), soit on pense qu’on ne pourra jamais atteindre cet état presque sacro-saint que seul.es les artistes connaissent. Pourtant, c’est tellement FAUX. La créativité, c’est accessible à tous.tes. Sans exception. Voici quelques trucs pour la voir émerger.

Photo de une:  Neven Krcmarek via Unsplash

Intégrer une notion de jeu

À l’école

On a toujours des tâches à faire, des projets à mener à terme. Et si on y insufflait un côté ludique? Pour ma part, je suis actuellement étudiante en sexologie. J’ai donc pas mal de travaux à remettre et, surtout, pas mal d’études à faire. Pour optimiser et faciliter ma révision de notes et assimiler les concepts, j’utilise plusieurs méthodes qu’on peut associer au jeu. Par exemple, avec les notions théoriques à savoir par cœur, je vais utiliser une application, dans ce cas-ci Brainscape, pour créer des flashcards. En gros, ce sont des cartes où, d’un côté on met une question et, de l’autre, la réponse. Cela me permet de réviser tous les concepts et informations à mémoriser, en rendant le tout divertissant.

De plus, pour les informations plus imagées comme, par exemple, des schémas anatomiques, je vais utiliser une application comme Quizzlet, dans laquelle je peux créer des quiz de type « association mot et image ». Ou… je dessine, carrément! Je suis d’ailleurs complètement fascinée par le compte Instagram de @studyholmes, une jeune londonienne de vingt ans qui étudie en médecine et dont les cahiers de notes sont de véritables œuvres d’art.

Au travail

Sinon, côté boulot, il existe aussi des moyens de s’amuser. Par exemple, lorsque je travaillais pour La Fabrique culturelle, je me suis créé des thermomètres de surveillance des médias sociaux en mettant les objectifs à atteindre d’ici une date ultérieure. À chaque étape atteinte, j’ajoutais de la couleur pour faire augmenter le niveau du thermomètre. C’était visuellement sympa et inspirant pour continuer à améliorer les résultats. Les moments de brainstorm sont aussi parfaits pour initier des jeux afin de faire émerger les idées. Par exemple, on peut utiliser la méthode des six chapeaux qui permet de faire une tempête d’idées sans censure.

Ou dans la vie de tous les jours

Plusieurs personnes sont adeptes du fameux bullet journal et ce n’est pas pour rien; il y a un côté ludique à créer des petits défis à suivre pendant le mois ou l’année. Par exemple, je fais actuellement le défi d’un mois de Yoga with Adriene. Dans mon journal, je me suis fait un calendrier mensuel pour suivre l’évolution de ma pratique. Pour chaque séance effectuée, je mets de la couleur. C’est simple et ça donne un sentiment d’accomplissement.

À lire: Qu’est-ce que la gamification agile?

Avoir une pratique quotidienne ou… la créativité, ça se pratique!

écriture
Photo by Green Chameleon on Unsplash

L’été dernier, j’ai testé le défi proposé par Julia Cameron, autrice du livre The Artist Way*. Véritable best-seller, l’ouvrage invite à faire une incursion en 12 semaines dans un processus de créativité personnelle. Le cœur du projet: écrire trois pages, tous les jours, sans exception. Et, franchement, ce n’est pas évident: il faut une bonne discipline. De plus, ce n’est pas toujours facile de réussir à trouver la demi-heure (plus ou moins, selon votre rythme) nécessaire pour arriver à les faire, ces trois pages. Ça tombe facilement dans la redite et donne l’impression qu’on parle toujours de la même chose. Mais, c’est normal: si on se répète, c’est que quelque chose mérite attention.

Personnellement, l’expérience m’a aidée à reconnecter avec l’écriture et, surtout, avec mes idées. Je m’obligeais, tel que suggéré aussi dans le défi, à faire mes pages idéalement en me levant le matin. Donc, avant même d’aller m’informer sur Facebook ou via mes courriels, j’ai choisi de ne pas ouvrir mes outils habituels – cellulaire et ordinateur – et d’écrire directement au sortir du lit. Bon, je l’avoue, j’ai triché et je n’ai pas réussi à faire le défi dans son entièreté. Mais, je l’ai fait aussi souvent que j’ai pu et, franchement, ce fut bénéfique!

Faire du dessin ou du collage

Qu’on ait 8 ou 88 ans (ou même 118!), le collage s’adresse à tout le monde et fait souvent émerger bien des idées enfouies. Lorsque j’animais des ateliers de création dans un centre d’exposition, je dois avouer que j’ai rarement vu une forme d’art interpeller autant de gens différents. C’est une activité créatrice qui ne demande aucune technique, qui tend vers l’abstrait et qui donne l’occasion d’amalgamer des éléments disparates pour en faire ressortir sa propre interprétation. Donc, ça fait sortir la créativité. Et, en plus, ça détend!

À lire aussi: Une réflexion sur la créativité

Faire du yoga/méditer

Pour faire du yoga depuis plusieurs années, je sais maintenant que c’est une pratique qui me permet de faire le vide et de relaxer. Ça me donne l’occasion de laisser errer mes pensées pendant que je bouge sur le tapis. En plus, il m’est arrivé très souvent de réaliser, après une séance, que mon cerveau était revenu sur un filon créatif intéressant et ce, sans même que j’aie à faire d’efforts. Même chose pour la méditation.

Pour ma part, je fais beaucoup de yoga avec Adriene Mishler (Yoga with Adriene), mais également avec Yoga Studio et Down Dog, des applications que je vous recommande chaudement. Côté méditation, j’utilise Petit Bambou, une application française très bien faite qui permet de méditer en français avec une quantité assez impressionnante de séances aux thématiques très variées.

S’emmerder: la créativité naît de l’ennui

L’ennui, c’est permettre à son cerveau d’errer un peu. On est constamment stimulé.es de part et d’autre et il y a peu de place pour ne rien faire et juste végéter. Nos loisirs sont organisés au quart de tour et même nos bullet journal – qui sont supposés être des espaces de créativité – demeurent souvent des extensions d’agenda et des façons plus ludiques de quantifier ses activités personnelles et ou professionnelles. Et c’est correct! Mais il faut aussi – et je dois souvent me le répéter – des espaces vides, des moments d’absence où on laisse aller et où rien ne guide notre pensée, pour une rare fois.

Pourtant, c’est super bon pour la tête de souffler et recharger les batteries. C’est pourquoi je trouve intéressante l’idée de l’art-thérapeute Alice Albertini qui propose un antibujo. C’est un cahier dans lequel on documente ce qu’on vit, ce qu’on ressent, sans directives à suivre, juste en laissant aller et en explorant différents médiums. Je vous recommande d’ailleurs d’aller faire un tour sur son site et de vous inscrire à son infolettre.

Et vous, quels sont vos trucs et astuces pour réussir à être créatif ou créative?

*Sachez-le: le livre est souvent d’un ennui mortel, en plus d’être teinté de croyances religieuses franchement agaçantes. J’ai souvent eu l’impression de lire une dame guindée de Westmount qui vit à des kilomètres de ma réalité. Mais, au-delà de ces irritants, l’exercice est véritablement efficace.

Partager:
Tweet 20